03/10/2018

Donald l'imposteur

Le New York Times révèle que Donald Trump est un imposteur.


Après un an d’enquête et 100 000 documents analysés, le New York Times révèle que Donald Trump est devenu milliardaire grâce à son père et à un système sophistiqué d’optimisation fiscale à la limite de la légalité. L’enquête du NYT démolit le mythe complaisamment entretenu par Donald Trump : il est devenu milliardaire grâce à son talent - « I built what I built myself », et un modeste prêt d’un million de dollars de son père, un promoteur immobilier new-yorkais. 

« Donald Trump, le self-made man imposteur », titre le NYT dans son éditorial. Ce que le président a vendu aux Américains est une imposture, une version de la réalité embellie qui relève de la fiction écrite par un fan. L’enquête des trois journalistes du NYT est impressionnante. Avec des documents publics et parfois confidentiels et des interviews de témoins ou d’anciens collaborateurs, elle révèle que le président a participé à des stratégies fiscales douteuses et même à des fraudes avérées, dans les années 90 et qu’il n’a jamais été le milliardaire self-made man qu’il a prétendu être. Pas facile d’y voir clair, puisque Trump a toujours refusé de rendre publique sa feuille d’impôts depuis son élection. 

L’enquête est partie d’une question : comment ont évolué les finances de Trump entre 1995, quand il déclarait une perte d’un millard de dollars, et 2005, quand il a gagné 150 millions ? Le résultat est édifiant : Donald Trump est devenu milliardaire grâce à des prêts et des dons de centaines de millions de son père, qui ont été savamment cachés au fisc. Fred Trump était un promoteur immobilier qui avait fait fortune et qui avait monté des combines pour enrichir son fils Donald et ses autres enfants. A l’âge de 3 ans, le petit Donald avait un revenu annuel de $ 200 000. A 30 ans, son père bien-aimé lui avait versé $ 9 millions. En tout, en dollars actuels, Donald Trump a été l’heureux bénéficiaire de $ 413 millions.

C’est papa qui avait sauvé Donald quand ses projets immobiliers avait capoté et quand ses casinos à Atlantic City avaient fait faillite. C’est lui aussi qui avait financé son train de vie extravagant, ses Cadillacs blanches, ses aventures avec des actrices, ses réceptions fastueuses dans sa Trump Tower et son émission de reality-show The Apprentice où Donald jouait le rôle d’un businessman tout-puissant qui pouvait faire le fortune ou la ruine des participants, avec sa célèbre formule : « You are fired ». Mais Fred Trump n’a pas seulement été le papa gâteau de son cher Donald. Il a aussi été le redoutable champion de l’optimisation fiscale, toujours à la limite de la fraude. 

Les enquêteurs ont épluché des dizaines de milliers de pages de documents confidentiels : déclarations d’impôts, relevés bancaires, audits financiers, factures, chèques. Il faut s’accrocher pour comprendre les subtilités des combines fiscales des Trump père et fils. Un exemple : pour virer du cash de ses sociétés vers ses enfants, sans payer d’impôts, Fred et Donald Trump avaient créé After All County, une société qui achetait des équipements pour les immeubles. Sur chaque chaudière et sur chaque machine à laver, on facturait à After All County 20 à 50% de plus que la commande. Et la famille empochait la différence, plusieurs millions de dollars sans payer l’impôt de 55% sur les dons familiaux. C’est un ancien fournisseur qui a révélé la combine, qui n’avait jamais été publiée dans les livres et les articles sur Donald Trump. Mais Donald le fils prodigue n’a pas été reconnaissant. Selon le NYT, en 1990, il a essayé de changer le testament de son père, très âgé et malade, pour devenir l’exécuteur testamentaire de l’empire familial et sauver ses propres affaires qui périclitaient. Donald Trump a joué un rôle central pour mettre au point une stratégie fiscale pour éviter de payer un impôt de 55% sur l’héritage. Bien sûr, les avocats de Donald Trump sont montés au créneau : il n’y a eu ni fraude ni évasion fiscale et le président n’a jamais été implique dans ces affaires. Robert, le frère du président : « Tous les dons et les revenus immobiliers ont été enregistrés et les impôts ont été payés ». Le président a botté en touche : « un article à charge, très vieux, ennuyeux et déjà vu ». 

Les révélations du NYT vont-elles avoir une influence sur les électeurs appelés aux urnes pour les élections de mi-mandat en novembre ? La plupart des partisans de Donald Trump ne lisent pas le NYT, que le président traite de « falling paper ». Mais quel journal à mes moyens de payer trois journalistes pour enquêter pendant un an sur les finances du président des Etats-Unis ? Comme le dit le slogan du NYT : « la vérité en vaut la peine ».

23:57 Écrit par schindma | Lien permanent | Commentaires (13)

Commentaires

Franchement, il y en a marre que toutes les critiques concernant ce personnage soient faites sur sa vie privée et rarement sur sa politique où il y aurait beaucoup à dire et à critiquer.
Le "New York Time" en faisant de tels articles se met au niveau d'une presse de boulevard et démontre malheureusement qu'il n'a plus grand chose à dire sur la politique de M. Trump.

Écrit par : Boccard | 04/10/2018

Comme si le fait que son père n'était pas multimillionnaire n'était pas connu avant !!

Écrit par : Corto | 04/10/2018

Ses grands-parents étaient déjà actifs dans l'immobilier au 19 ème siècle, et oui le capitalisme héréditaire, la noblesse d'argent a encore de belles heures à vivre.

Écrit par : verite | 04/10/2018

Disons qu'il y'en a qui, comme les Clinton, qui arrivent sans le rond et qui finissent avec des centaines de millions sur leurs comptes !

Écrit par : Corto | 04/10/2018

Très instructif à lire pour ceux qui ont des infos limités....

BIEN À VOUS

Les « Démocrates » tentent de mener une révolution totalitaire aux Etats-Unis

Extrait

"Dinesh D’Souza explique que les Démocrates ne respectent rien, pensent que la fin justifie les moyens, et vont continuer autant qu’ils le peuvent. Il donne tous les éléments permettant de comprendre que le parti Démocrate est un parti fasciste, voulant disposer de l’hégémonie, irrespectueux de la Constitution, porté par des gens qui veulent plus que jamais l’effondrement des Etats-Unis.

Tous les moyens sont bons : la transformation des grands médias en outils de propagande, la terreur intellectuelle dans les universités, la création de tensions raciales, la montée de l’insécurité par le système des villes sanctuaires, l’ouverture des frontières à l’immigration illégale, l’ouverture du pays à une islamisation accélérée (l’un des dirigeants du parti, Keith Ellison, est musulman, et proche des Frères Musulmans et de The Nation of Islam de Louis Farrakhan, l’autre, Tom Perez, est membre de La Raza, un groupe qui prône la conquête du Sud-Ouest des Etats-Unis par les Latinos), le recours à la violence physique, la déstabilisation des institutions, la destruction morale et professionnelle des personnes par le mensonge et la diffamation."

https://www.dreuz.info/2018/10/04/les-democrates-tentent-de-mener-une-revolution-totalitaire-aux-etats-unis/?

Écrit par : Patoucha | 05/10/2018

Pourquoi Donald Trump n'a pas reçu le prix Nobel de la paix, il a désarmé la Corée du Nord et rien alors qu'Obama après avoir soutenu les extrémiste musulmans dans les printemps arabes, responsable de millions de morts, lui a reçu ce prix ?

Écrit par : Corto | 05/10/2018

"Les révélations du NYT vont-elles avoir une influence sur les électeurs appelés aux urnes pour les élections de mi-mandat en novembre ? La plupart des partisans de Donald Trump ne lisent pas le NYT, que le président traite de « falling paper »"

Je crains que non ! D. Trump n'est qu'un scélérat. Il n'applique à la politique que ses procédés douteux de business man. Son seul credo : "moi first, les autres je n'en ai rien à fout...La notion de win/win ne fait pas partie de son vocabulaire. Et dire qu'il va falloir probablement le supporter pendant deux législatures.

A moins que son peuple ne lui dise, à la fin de son premier mandat : "you are fired !"

Écrit par : Michel Sommer | 07/10/2018

@Michel Sommer, vous pensez que la politique c'est faire des sentiments, allez expliquer ça à Poutine, à el assad, aux mafias au pouvoir en Chine et à tous les tyrans qui pourrissent la planète !

Si la première puissance de la planète nourrit ces dictatures, c'est la fin et Trump est le premier depuis des lustres qui met au défit les dictatures souvent sanguinaire !

Écrit par : Corto | 09/10/2018

"Moi first" dit Michel Sommer, qu'il aille le dire à l'un des 200'000 mensuel chômeur qui a retrouvé un travail, 4,3 millions d'américains qui travaillent grâce à Donald Trump depuis moins de 2 ans !

Écrit par : Corto | 13/10/2018

Le baiser de la mort :

Tous ceux qui bénissaient l'opposante de Donald Trump lors des élections de 2016, que font-ils ?

Avez-vous vu un seul candidat démocrate aux élections des mid-terms faire appel au soutient d'Hillary Clinton ?

Vous ne la verrez pas, nul-part, aucun des colistiers du parti démocrate ne souhaite perdre son mandat à cause d'Hillary, aucun ne veut la voir à moins de 2'000 miles à la ronde !

Maudite par son propre camp !

Écrit par : Corto | 13/10/2018

Corto, il est plus facile et admissible d’insulter Trump et son allié que Poutine et Assad qui totalisent près de 600.000 morts dont on ne parle plus..... mais seul un terroriste dit «palestinien » abattu inquiète les autorités internationales, les médias et surtout la TDG..... Mais bon! Il n’y a plus de secret avec la gauche. Nous sommes vaccinés!

Écrit par : Patoucha | 13/10/2018

Patoucha, vous parlez de l'Illiouchine-20 équipé de radars avec 15 membres d'équipage qui a été abattu par la DCA syrienne ?

Écrit par : Corto | 13/10/2018

Les commentaires sont fermés.