06/02/2017

Fillon à poil

On n’avait jamais vu ça : un homme politique français qui, littéralement, se met à poil pour sauver sa candidature à la présidence. C’est la stratégie que François Fillon, le champion de la droite, a été forcé d’adopter face à une violente campagne médiatique. Le visage grave, le ton parfaitement maîtrisé, Fillon a convoqué la presse pour s’expliquer sur les accusations du Canard Enchaîné : il aurait utilisé son épouse Pénélope comme assistante parlementaire depuis quinze ans et lui aurait versé 800 000 euros d’argent public, pour un emploi fictif.
Après dix jours de flottement et une communication désastreuse, l’ancien premier ministre a choisi la transparence. Ou « la réalité des faits », selon son expression. Oui, Pénélope a été son assistante parlementaire, mais c’est parfaitement légal en France. Oui, elle a fait un travail remarquable et personne n’a le droit d’en juger, sauf lui. Sa rémunération : 3677 euros par mois, normal pour une avocate. Bien loin des sommes dénoncées par le Canard. Sur quinze ans, ça fait quand même 661 860 euros. C’est à dire l’équivalent net du salaire brut dénoncé par le Canard Enchaîné ! Ses enfants, étudiants en droit et pas avocats, comme il avait l’avait imprudemment révélé, il les a aussi rémunérés grâce à l’argent de sa réserve parlementaire. Pour quoi faire ? Là, le candidat à l’Elysée a été un peu flou. Pour établir des bases de données qui lui ont permis d’écrire un livre politique et d’aider à définir les grandes lignes de la campagne de Nicolas Sarkozy, dont il avait été premier ministre. Mais puisqu’on vous dit que c’est légal !
Dans son exercice de transparence, François Fillon a promis de tout mettre sur la table ou plutôt sur son site Internet : ses comptes en banque, la valeur de ses biens immobiliers, les clients de sa société de conseils, qui n’a aucun mandat russe. Et il a même lancé un défi à ses adversaires dans la course à l’Elysée : qu’ils en fassent autant. Mais l’essentiel du message était destiné à ceux qui , dans son parti, l’avaient déjà enterré, qui lui avaient demandé de retirer sa candidature, qui imaginaient déjà un plan B. Pour leur clouer le bec, une belle formule : « Le plan B, c’est la Bérézina ». Fillon maintient sa candidature, le patron, c‘est lui. Personne « n’a la légitimité pour remettre en cause le vote de la primaire ». Ni les sondages, auxquels il ne croit pas, ni le « complot médiatique » ne lui feront changer d’avis. Les Républicains ont compris la leçon : tous derrière Fillon, sinon l’élection se jouera entre l’épouvantail du Front national, Marine Le Pen, et la menace Emmanuel Macron. Même les députés frondeurs de la droite ont remballé leur pétition. Et les barons républicains se sont mis en rang pour partir à la bataille électorale qui commence maintenant.
Où François Fillon a pris des risques, c’est lorsqu'il a présenté « ses excuses » aux Français et reconnu "une erreur « . Pour n’avoir pas compris que financer avec de l’argent public les emplois de sa famille, c’était légal, mais peut-être pas très moral. En tout cas, plus du tout accepté par la majorité des Français. Bien sûr, Fillon ne remboursera pas les sommes versées à sa famille.
Cette posture d’équilibriste a-t-elle convaincu ? Sûrement pas ses adversaires, comme le candidat socialiste, Benoît Hamon : « Il ne comprend pas bien qu’il y a une forme d’impunité …qui apparaît comme anormale aux Français ». Ou le porte-parole du parti communiste : « Il se comporte comme si tout cela n’était qu’un simple accroc, qu’une malheureuse erreur de conduite ».
Le plus étonnant, c’est la relative complaisance de la presse convoquée par François Fillon, plus de 200 journalistes, dont une cinquantaine de correspondants étrangers. Bien sûr, les représentants des principaux médias ont posé leur question, mais ils se sont contentés des explications données, sans relancer Fillon. Les politiciens français n’ont pas l’habitude des rudes confrontations avec les médias, qui font partie du jeu aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. Mes excellents confrères français préfèrent disséquer les déclarations politiques et les commenter, de retour devant leurs écrans, plutôt que se confronter avec les hommes politiques. Aucun n’a osé relever les attaques de François Fillon contre « le traitement médiatique de l’affaire », ni son affirmation fausse, selon laquelle la journaliste britannique avait été choquée par l’utilisation faite de son interview, il y a dix ans, dans laquelle Pénélope Fillon affirmait qu’elle n’avait jamais été l’assistante de son mari. La presse française est généreusement subventionnée par l’argent public. Alors, comme le dit le diction américain : « You don't spit on the man that signs your paycheck » - on ne crache pas sur l’homme qui signe votre chèque.

19:55 Écrit par schindma dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1)