25/02/2015

Racontez la légende, pas la vérité

S’il vous restait encore quelques illusions sur le sérieux et la crédibilité des stars de la télévision aux États-Unis, vous n’en aurez sûrement plus après avoir entendu l’histoire que je vais vous raconter. Il y a quelques semaines, la chaîne NBC a suspendu son présentateur vedette, Brian Williams, qui avait menti en prétendant que l'hélicoptère dans lequel il se trouvait en Irak avait été abattu. Aujourd’hui, c’est Bill O’Reilly, la star de la chaîne Fox News, qui dégringole de son piédestal. Le chantre des médias de droite aux États-Unis a raconté des histoires dramatiques  sur son travail de correspondant de guerre. O’Reilly, qui travaillait alors pour CBS, a affirmé que lors du conflit des Malouines ( Falklands) entre la Grande-Bretagne et l’Argentine, en 1982 :  « je me suis trouvé dans une zone de guerre en Argentine, dans les Falklands,  où mon photographe est tombé, c’est cogné la tête et saignait de l’oreille sur le pavé. L'armée nous poursuivait. J’ai dû prendre une décision… j’ai survécu à une situation de combat en Argentine, durant la guerre des Falklands. Je sais que les décisions de vie ou de mort sont prises en un éclair ».
La vérité, c’est qu'aucun correspondant de CBS ne se trouvait aux Falklands, à 2000 km de l’Argentine. L'armée britannique n’a autorisé que 30 journalistes, embarqués par la Royal Navy  à accompagner ses troupes. Le jeune reporter américain a aussi raconté qu'il avait assisté, à Buenos Aires, à une violente manifestation contre la junte argentine : « une émeute a éclaté et beaucoup de manifestants ont été tués. J’étais au milieu de la manifestation et j’ai failli avoir une attaque, quand un soldat qui se trouvait à 3 mètres de moi, a pointé son arme directement sur ma tête ». Malheureusement pour O’Reilly, la vidéo diffusée par CBS montre des manifestants en colère contre la junte, la police tirant des gaz lacrymogènes et des arrestations musclées, mais aucune victime. Et aucun autre média n’a confirmé la version de O’Reilly.
La star de la chaîne Fox News est connue pour enjoliver ses exploits de correspondant de guerre, Notamment au Salvador pendant la guerre civile. Il se pose aussi en moraliste des médias. Lorsque Brian Williams a dû avouer  qu'il avait menti sur ses exploits en Irak, O’Reilly a même déclaré : « Nous avons fait quelques erreurs dans le passé. Nous nous efforçons de vous présenter des informations qui peuvent être vérifiées… informer implique une grande responsabilité, les Pères Fondateurs (les créateurs de l’Amérique) l’ont précisé très clairement. Ils nous ont dit : « nous vous donnons la liberté. Nous vous protégeons contre l’intervention du gouvernement. Mais, en contrepartie, vous, la presse, devez être honnête ».  L’hommage du vice à la vertu !
Fox News est une chaîne de télévision ultra conservatrice, qui tire à boulets rouges sur le président Obama et les démocrates. Elle est célèbre pour ses dérapages et ses approximations. En janvier, elle expliqué aux Américains : «Il y aurait en France des centaines de zones interdites où la police a peur d’aller. Des "no-go zones" qui sont très souvent des quartiers musulmans… Je ne sais pas. Ça doit être un truc qui a à voir avec le multiculturalisme».
Bien sûr, il n’y a pas qu’aux États-Unis où certains journalistes embellissent la réalité pour se donner le  beau rôle auprès du public. Souvent, leurs confrères, qui ne sont pas dupes, ricanent devant ces dérives de l’information. Aux États-Unis, les journalistes sont moins complaisants. Les mensonges de O’Reilly ont été dénoncé par Mother Jones, « un magazine lancé en 1976 par quelques passionnés de journalisme d’investigation. Mother Jones revendique fortement son identité progressiste et contestataire. Ce magazine de gauche, d'envergure nationale, traite de l'actualité ainsi que des grands enjeux de notre temps : environnement, justice sociale, etc. »D’autres journalistes de chaînes concurrentes ont aussi affirmé que le présentateur de  Fox News avait menti  ou, au moins, avait embelli l’histoire.
Mais O’Reilly  a décidé de contre-attaquer, en affirmant  que Mother Jones se moquait de la vérité,  que son fonds de commerce était l’injure et l’attaque politique. Fox News  a une politique agressive  pour soutenir à fond sa vedette, dont  l’émission est  regardée par plus de 3 millions d’Américains. Mais les téléspectateurs sont sans illusion, comme ce  lecteur du New York Times : « O’Reilly  est payé comme propagandiste, pas comme reporter, et il est largement considéré comme un charlatan. Il a menti à propos de la guerre des Falklands ?  Et alors  : cela correspond au reste de son œuvre. Vous pensez que Fox le virera pour cela  ? Je pense que la direction va probablement rigoler, dans ses bureaux,  en pensant que le public n’en fera pas tout un plat. »  Ainsi va l’opinion envers les médias, aux États-Unis comme en Europe : « si la légende est plus belle que la vérité, racontez la légende ».

17:31 Écrit par schindma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.